2019

À venir une semaine de résidence artistique et marine dans le Finistère Sud

Publié le Mis à jour le

Du 9 au 16 août Liberbed organise une résidence artistique et marine autogérée qui aura lieu au Club nautique du Pouldu, 48 rue du Philosophe Alain, 29360, Clohars Carnoët. Trente places par jours sont disponibles pour les adhérent.e.s ou futures adhérent.e.s de l’association souhaitant y participer.

Au programme :

  • des ateliers de sérigraphie avec nos potes venus du Chili de l’atelier La Fabrika (l’idée c’est de créer des drapeaux et des fanions à mettre sur nos bateaux)  http://www.fabrikafabrika.com/?lang=fr,

  • des navigations sur des supports de voile légère + remise en état,

  • la transformation du Ty Kout en bateau-caméra pour le Festival International du Film Insulaire de Groix (FIFIG), qui aura lieu du 21 au 25 août la semaine suivante.

  • Une super fête de fin de résidence le vendredi 16 août, pour financer le voyage des copaines de la Fabrika, et bien s’amuser. 

Si vous souhaitez participer et / ou nous aider à organiser ces temps forts de l’été, vous pouvez nous envoyer un mail à liberbed@riseup.net. On vous enverra alors le lien pour s’inscrire aux ateliers de voile légère et de sérigraphie.

13320328_1144225855629075_1937225377_n

L’idée générale de la semaine est de lier sérigraphie et univers marin. Du 9 au 11 août trois jours de navigations sur des bateaux habitables sont prévus pour celles et ceux qui le souhaitent. De quoi donner de l’inspiration pour sérigraphier les drapeaux, les fanions, les voiles et les vêtements durant toute la suite de la résidence.

En parallèle auront lieux des chantiers pour remettre en état une petite flottille de voile légère et des tours d’initiations sur ces supports. Le 16 août pour clôturer la résidence une soirée concerts, sérigraphie et pizza à prix libre est prévue sur le site du Pouldu on vous donne plus d’informations bientôt !

La Fabrika ainsi que des personnes de Liberbed seront présent.e.s au Festival International du Film Insulaire de Groix. Et pour celles et ceux qui le veulent, il est encore possible de s’inscrire comme bénévole au FIFIG (ou d’y participer comme simple festivalier.e). Des navigations avec les bateaux de Liberbed pour se rendre à Groix en voilier vont être organisées entre les 17 et 20 août.

img_4075Il y a de la place pour 30 personnes en permanence au Pouldu (les capacités d’accueil sont limitées) et les places sur les bateaux pour se rendre à Groix dépendront du nombre de bateaux, de référent.e.s et de trajets réalisés. Bien sûr toutes nouvelles idées, nouveaux ateliers seront accueillis avec joie ! Cette semaine de résidence se veut la plus « auto-gérée » possible. Une participation individuelle et à prix libre et conscient sera sollicitée sur place pour la participation aux activités et les repas.

On a hâte de vous voir au Pouldu ou ailleurs !

Voici le lien vers le programme du mois d’Août : Programme Août Liberbed

Des navigateur.ices confronté.e.s au tourisme de masse portugais

Publié le Mis à jour le

Nous avons voyagé près de deux mois au Portugal, mais attention « nous, on n’est pas juste des touristes ! » Enfin, on aimerait ne pas l’être, ou ne pas être seulement ça : ce consommateur effréné de cuisine locale congelée, se déplaçant avec Ryanair, dormant en Air Bnb, et utilisant le paysage environnant comme décor pour fond de selfies. On souhaiterait plutôt être des voyageu.r.se.s, terme faisant appel à un imaginaire marqué par la richesse de la rencontre, de la découverte et de la débrouille.

Justement, durant notre voyage au Portugal la place des étrangers a alimenté de nombreux débats au sein de notre collectif. Le Portugal, après les années de crises connaît un retour de la croissance depuis 5 – 6 ans, et de ce qui va avec : tourisme de masse, gentrification et projets urbains. Le tourisme, l’une des clefs de voûte du retour de la « politique de relance » transforme en profondeur le pays, ses habitant.e.s et la manière d’y vivre. Cette immigration l’impact d’autant que l’émigration de jeunes portugais.e.s vers les pays voisins a perduré au fil des générations. Lire la suite »

De la vie Collective à Libecciu

Publié le Mis à jour le

Mais vous faites comment pour vivre à 7 sur 2 bateaux ?

Toutes et tous grand.e.s habitué.e.s de la vie collective par leurs diverses expériences (collocs, squats, camps… ) ainsi que de l’organisation collective par leurs diverses activités (Liberbed, ainsi que d’autres assos et collectifs … ), les membres de Libecciu ont, par leur vie commune depuis plus de 5 mois sur le Tupamaro et le Roi Arthur, franchis de nouveaux caps.

Effectivement les environs 8 + 12 m² habitables des deux bateaux ont donnés du fil à retordre à nos environs 7 aventurier.e.s.

L’équipe Libecciu dans le bateau de l’équipe Piana (4 sur un plus petit bateau que Tupa) croisés à Cadiz.

Petit retour sur le fonctionnement de Libecciu depuis plus de 5 mois…

Lire la suite »

Libecciu anime les ports portugais !

Publié le Mis à jour le

Tout au long de notre périple autour de la péninsule Ibérique, une de nos envies est de créer des espaces de rencontres et d’échanges dans les endroits où nous passons.

affiches libecciu à alcoutim
03/02/19 Journée d’animation sur la place du port d’Alcoutim, sur le Rio Guadiana

Interagir avec les gens est pour nous très important car nous ne souhaitons pas voyager dans un pays seulement en photographiant ses paysages, mais aussi et surtout en rencontrant ses habitant.e.s. Une bonne manière de créer du lien social est pour nous la convivialité, c’est pourquoi nous organisons dans les ports où nous passons des petits évènements où nous chantons, parlons, mangeons, jouons, avec celles et ceux qui sont là.

Lire la suite »

Kenavo Aman, Bom Dia Azeite* !

Publié le Mis à jour le

* Au revoir le beurre, bonjour l’huile d’olive !transvase-des-bouteille.jpg

En décembre, après notre descente expéditive depuis la Bretagne vers la Galice puis le Portugal, nous nous sommes arrêtés trois semaines dans les environs de Lisbonne.

À ce moment, notre réserve d’huile d’olive achetée en Bretagne avant le départ touchait à sa fin, et nous avions à l’unanimité envie (voire besoin) d’une petite pause en dehors des bateaux. Comme tout vient à point à qui sait attendre, une amie avait justement le contact d’un copain paysan portugais, Géronimo, qui avait besoin d’un coup de main pour finir sa récolte d’olives. Nous sommes donc partis une semaine pour Montemor-o-novo, dans la région de l’Alentejo, pour nous mettre au vert.

Lire la suite »